Menu

L'habitat

Les fours à pain

Four à pain
cliquez pour agrandir l'image

Distants de 5 à 10 m de la maison, se sont des constructions de pierres avec une charpente et un toit là encore solides. En 1913, on dénombrait à Cordon 89 fours : deux ménages sur trois en possédait un.

Auparavant, la voûte était montée en granit ou en lauzes (schiste). Il y avait dans la commune un maçon spécialisé dans la construction des fours. La sole présente une pente de 5 cm/m. Pour construire la voûte, le maçon se tenait au centre de la sole et montait les pierres autour de lui.

A l’origine, il fallait 5 heures pour le chauffer et 5 heures ensuite pour cuire le pain. Alors dès que sont apparues sur le marché les briques réfractaires (en 1920), les fours ont été transformés. Aujourd’hui il faut 1 heure à 1h30 pour chauffer le four et 1 heure à 1h30 pour cuire le pain selon la température extérieure, sans que cela change son goût. On reconnaissait la température du four à la couleur des pierres. Si l’on faisait cuire du pain dans un four dont on n’était pas propriétaire, on imprimait sa marque avec un tampon du buis gravé (Croix, Carré, Traits parallèles...). 

Aujourd’hui 25 fours privés fonctionnent encore régulièrement. Il n’est pas rare de voir de nos jours s’échapper de la fumée de la gueule de l’un d’entre eux. La Fête du Pain de Cordon est une réplique authentique d’un rituel qui se perpétue pour notre plus grand plaisir. Elle a lieu le dernier dimanche du mois d’août.

Plus d'informations
VidéoVidéo de la Journée du Pain 2009 à Cordon
PDFFabrication du pain

Les greniers

Grenier en bois
cliquez pour agrandir l'image

Ce sont des constructions en bois, bâties à bonne distance de la maison et du four à pain pour n’avoir rien à craindre d’un feu éventuel.

Sur pilotis, avec un seuil important, à deux étages souvent et très aérés, ils renferment les richesses de la famille. Pas les ors et les argents non, les choses importantes !

Le grenier renferme plusieurs types denrées précieuses :

  • Le pain cuit,
  • Les farines de céréales,
  • La viande de porc fumée,
  • Les actes de vente, d’achat, d’héritage des terrains, maisons ou forêts,
  • Les passeports lorsqu’on en avait un,
  • L’eau de vie qui servait à "bouchonner" le bétail aussi,
  • Les fameux habits du dimanche qui n’étaient autres que ceux réalisés pour se marier.

Une ferme

cliquez pour agrandir l'image

Voici l'une des fermes rénovées du village.

Les contrefiches des fermes

Contrefiches des fermes
cliquez pour agrandir l'image

La contrefiche est un élément de bois oblique qui joint le poteau à la panne de charpente.

Elles est ornée de motifs religieux ou autre (Calices, Cierges, Croix, ...) ou de maximes religieuses et populaires sculptées par le charpentier :

  • "Vive Jésus, vive la foy quatholique et ceux qui la pratiquent"
  • "Dieu soit béni"
  • "La vie est courte et la mort certaine"
  • "En toute saison, Dieu bénisse cette maison"

Sous la panne faîtière, le propriétaire faisait graver son nom et la date de la construction du chalet. La lecture de ces inscriptions peut faire l’objet d’une approche intéressante du village. (Recueil plus précis consultable à l’Office de Tourisme ou aux archives départementales d’Annecy.)

Haut
de page